Grand Dada en papier mâché fin XIXéme début XXéme.

Cheval à roulettes, 79 cm X 75,5 cm avec planche et roulettes, cheval seul 70 cm X 62 cm, en papier mâché, très certainement du XIXème siècle ou, au plus tard, du tout début du XXème siècle. Ce qui fait de ce courageux jouet un noble vieillard d’au moins 110 ans. S’il fallait un exemple de la solidité du papier mâché, il en serait la parfaite illustration. Que dire de sa splendide selle en cuir, plus vraie qu’une vraie, alors que c’est un jouet. Le cheval avec sa selle font de ce jouet une quasi œuvre d’art. Il trouvera facilement sa place dans l’écurie de votre hara. Succès garanti auprès de vos amis ou clients. Le savoir faire de l’époque ne s’accommodait pas du concept d’obsolescence programmée. 

L’art du papier mâché se perd dans la nuit des siècles, par exemple en Chine et au Japon pour la fabrication de masques guerriers… En 1772, un brevet pour papier mâché est déposé en Angleterre. Ce matériau fut très utilisé au XIXème siècle avant l’apparition du plastique. 

En 1904, dans La Revue universelle, on lit dans un article sur l’industrie parisienne du jouet : «  Carton-pâte. — Ici nous trouvons la petite fabrication, parce que ce commerce n’exige ni capitaux ni matériel important. La main-d’œuvre est tout. Du papier d’emballage ramassé dans les sous-sols des magasins, et vendu 16 francs les 100 kilogrammes ; de la colle de farine et alun (2 francs les 40 kilogrammes), un moule en pierre pour y tasser la pâte avec la mailloche ; et cela suffit pour monter, par moitiés qu’on soude ensuite, des masques, des chevaux, des accessoires de cotillon, des bigotphones, chevaux-jupons, poissons d’avril, charcuterie et pâtisserie de théâtre, passe-boules, quilles fantaisie.

Ces articles se fabriquent dans de modestes chambres du quartier du Temple et de Belleville ; la femme tasse, démoule, le mari soude et colorie, puis va vendre ou livrer.  »

Prix Brocante Particules d’Hier :    380€.